Macron se rend aujourd’hui au Maroc pour lancer la LGV avec le roi Mohammed VI

Le président Français Emmanuel Macron et le roi Mohammed VI ont inauguré aujourd’hui le train à grande vitesse marocain Tanger-Casablanca. Macron a été accueilli par le roi Mohammed VI au Salon royal de l’aéroport Ibn Battouta de Tanger et ils ont voyagé ensemble à bord du train rapide, au départ de Tanger, grand hub maritime entre l’Afrique et l’Europe, jusqu’à Rabat, la capitale administrative.

Première du genre en Afrique, la LGV, couvre la route de Casablanca de plus de 350 km, dont 200 km circulables à terme à 320 km/heure, reliant les deux régions les plus dynamiques du royaume, en 2 heures 10 minutes au lieu de 4 heures 45 actuellement.

Plusieurs sociétés françaises ont collaboré à la construction et à l’aménagement de la LGV, notamment la SNCF, Alstom, Cegelec et Ansaldo-Ineo. Cette coopération a conduit les médias internationaux à décrire la LGV comme un “projet phare de la relation bilatérale”.

L’Office des chemins de fer marocain (ONCF) attend six millions de passagers après trois ans d’activité. Le projet a coûté 2 milliards d’euros. Selon BFMTV, le gouvernement français “s’est engagé à financer 51% de la dette par le biais de divers prêts, dont un octroyé par l’agence française de développement pour un montant de 220 millions d’euros. Ce coût représente un budget d’environ 15% supérieur à l’estimation initiale de 1,8 milliard d’euros, calculée en 2007 lors du lancement du projet”. Ce dernier devait initialement être terminé en 2015, mais a ensuite été reporté à 2017. Après une série de retards, le projet devait toutefois être achevé à l’automne 2018 et il est enfin lancé aujourd’hui.

Selon le directeur général de l’ONCF, la LGV coûterait “9 millions d’euros par kilomètre, bien moins cher que les coûts européens (de 20 millions d’euros par kilomètre)”.

À l’origine, la LGV ne desservira que quatre stations (Tanger, Kénitra, Rabat et Casablanca). Dès son ouverture, 12 trains à grande vitesse duplex, transportant chacun 532 passagers, desserviront les quatre villes de Tanger, Kenitra, Rabat et Casablanca, dont les gares ont été entièrement rénovées ou viennent d’être construites.

La construction de la LGV a nécessité 700 000 traverses, 1 600 tonnes de ballast, 7 400 pylônes, 12 viaducs, 169 ponts routiers et ponts ferroviaires, sans oublier une centaine de structures hydrauliques.

Macron se rend aujourd’hui au Maroc pour lancer la LGV avec le roi Mohammed VI
10 (100%) 3 vote[s]

Commentair

commentaires

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Send this to a friend